Évènements à venir

Reprise de la saison des Balades en Archéologie

La saison 2018 des balades est ouverte ! Vous trouverez ici les prochaines dates ainsi que le programme des balades.

Dimanche 16 Décembre

Programme

Peut-être connaissez-vous le plateau du Larzac, et vous avez forcément aimé les paysages que vous avez traversés ?

Mais connaissez-vous l’étonnante richesse du patrimoine mégalithique localisé entre les villages de Saint-Maurice-de-Navacelles et la Vacquerie ?

Ces monuments, parfois spectaculaires, vieux d’au moins 5000 ans, montrent que ces vastes espaces étaient occupés par une population nombreuse et dynamique, au Néolithique.

Nous convions les passionnés d’archéologie ce dimanche 16 décembre à cette belle « balade en archéologie ». Le groupe sera accompagné par Luc, archéologue, universitaire et chercheur en préhistoire.

 

La précédente visite annulée qui était consacrée aux mégalithes de la région de Saint-Guilhem-le-Désert est reportée au printemps.

 

Le trajet d’accès est d’environ 1h30. Le rendez-vous est fixé à 9h 45, sur le parking de « Marty-Primeur » Rond point de la Gloriette, 34380 Saint-Martin-de-Londres.

La balade dure toute la journée, retour vers 17h.

Le circuit que nous faisons en voiture avec des arrêts à proximité des monuments est sans difficulté majeure, accessible par chemins, de 7 à 77 ans et plus. Comme d’habitude nous irons à la découverte d’un monument que Luc ne connait pas encore et ce sera l’occasion de participer ensemble à l’avancement des recherches. Les « nouveaux » sont les bienvenus. Le repas est tiré du sac. Bonnes chaussures pour terrain caillouteux, bâtons de marche conseillés, pensez aux coupe-vent, c’est l’hiver.

En cas de grosses pluies, la balade sera reportée. Un programme détaillé sera envoyé aux participants.

 

Inscription (nombre limité) : prix par personne : 5€ payable sur place.

Contact : Luc au 0787762698 ou répondeur de l’association au 0467863437

Informations complémentaires et réservations : nous contacter

Évènements passés

Journées Européennes du Patrimoine 2018

15 et 16 Septembre

Venez fêter le patrimoine sur le site préhistorique de Cambous à l’occasion de ces journées spéciales.

Partez à la découverte de l’Art et de l’Artisanat des hommes préhistoriques et déchiffrez les gestes du quotidien de nos ancêtres d’il y a 5000 ans.

Au programme :

Ateliers de reconstitution d’activités quotidiennes : façonnez vous-même des objets selon les techniques du Néolithique (bijoux, céramique et instrument de musique).

Démonstrations de techniques et d’artisanat préhistorique

Visites guidées du site de Cambous par les archéologues

Visite et exposition : « L’œil de l’archéologue » en accès libre

Entrée et activités gratuites.

 

Samedi 15 septembre : 14h-18h

Dimanche 16 septembre : 10h-12h et 14h-18h

Les Nuits de Cambous

24 juillet et 17 août

Lors des nuits de Cambous, nous vous proposons une expérience exceptionnelle : une visite guidée nocturne du site par un archéologue.

Venez découvrir le village préhistorique de Cambous à la lueur des étoiles pour une vision toute particulière de la préhistoire.

Dates :
– Mardi 24 juillet 2018
– Vendredi 17 août 2018

Rendez-vous sur le parking du site à Viols-en-Laval à 22h. Munissez-vous d’une torche ou lampe frontale.

Tarifs :5€ par personne.

Sur réservation

Informations complémentaires et réservations : nous contacter

Journées d’immersion : Vivre au Néolithique

22 juillet et 12 août

Vivez une journée dans la peau des hommes préhistoriques d’il y a 5000 ans ! Pratiquez les activités quotidiennes d’un village au Néolithique pour profiter d’une expérience éducative et conviviale unique au cœur d’un des plus vieux villages de France.

Dates :
– dimanche 22 juillet 2018 (possibilité de report au 29 juillet si mauvais temps)
– dimanche 12 août 2018

Horaires : 10h-18h

Activité limitée à 30 personnes, sur réservation uniquement.

Tarifs : enfants 15 €, adultes 20 €

Informations complémentaires et réservations : nous contacter

Journées Nationales de l’Archéologie

15 – 16 -17 juin 2018

Partez à la découverte de l’Art et de l’Artisanat des hommes préhistoriques. Durant ces trois journées, venez vous initier au quotidien de nos ancêtres d’il y a 5000 ans.
Au programme :

Ateliers de reconstitution d’activités quotidiennes : façonnez vous-même des objets selon les techniques du Néolithique (bijoux, céramique et instrument de musique).

Démonstrations des techniques de production du feu

Visites guidées du site de Cambous par les archéologues

Exposition : « L’œil de l’archéologue »

Des chants de troubadour, interprétés par nos collègues de l’association CIMM (Centre International de Musique Médiévale – du ciel aux marges), viendront animer la journée de dimanche.

Entrée et activités gratuites.

Printemps de la Préhistoire

12 – 13 mai / 2 – 3 juin 2018

Venez découvrir le monde de l’archéologie expérimentale, et les savoir-faire de nos ancêtres, reconstitués sous vos yeux. À cette occasion, le public est invité à partager les travaux des archéologues pendant deux week-ends conviviaux et pédagogiques, dans le cadre naturel et préservé du site de Cambous. Entrée et activités gratuites.

Atelier d’expérimentation sur la métallurgie du cuivre : reproduction des gestes techniques nécessaires à la fabrication des objets en métal, du broyage de minerais à la conception de lingots en cuivre.

Réfection de la toiture de la maison reconstituée : à l’occasion des 10 ans de sa création, profitez du rafraichissement de la toiture de la maison reconstituée pour découvrir les modes de construction de ces maisons préhistoriques.

Ateliers de reconstitution d’activités quotidiennes : façonnez des objets comme les hommes préhistoriques !

Visites guidées par les archéologues : – Site de Cambous – Dolmens – Site de Boussargues

Exposition : « L’œil de l’archéologue »

Spectacle de danse : «Burn’out» est une création originale sur la femme active et consommatrice qui dans une allégorie déambulante recherche l’essentiel… À la source… À la terre… Création et représentation de l’association «Danse tous les sens» Lunel-Viel (34)
Accompagné par Florence Chauveau au chant. Chorégraphie : Marion Pannetier

Les échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue

23 – 24 – 25 novembre 2016

Les «échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue» réunissent des chercheurs autour d’un thème en décloisonnant les spécialités : archéologues, architectes, constructeurs, restaurateurs, ethnologues, spécialistes de l’analyse des matériaux, etc.

Les trois premières rencontres (2001, 2005, 2008) ont été consacrées aux emplois constructifs de la terre crue «porteuse», servant à faire des murs, et cette nouvelle manifestation s’intéressera aux rôles de la « terre non porteuse », aussi bien dans le second œuvre de la construction (torchis, murs, cloisons, plafonds, sols, revêtements, ornementation), qu’à travers la fabrication de mobiliers ou d’aménagements dans les domaines domestique, agricole, artisanal et funéraire. L’accent portera sur les matériaux à base de « terre » et les systèmes d’armature et d’accroche, verticaux ou horizontaux. Les structures des pans de bois ou les ossatures de poteaux ne seront étudiées que sous leur forme négative révélée par les placages de terre.Cette table-ronde internationale privilégiera la qualité et la densité des échanges entre chercheurs ayant des compétences et des approches complémentaires. Elle ouvrira le débat à des étudiants en archéologie et en architecture et les séances seront publiques dans la limite des places disponibles.

Comme les précédents « échanges », ceux-ci s’attacheront – au-delà de la compréhension de faits techniques et de l’interprétation fonctionnelle des constructions et des objets – à mettre en évidence certains caractères universels ou, à l’inverse, les caractères uniques ou originaux de certains usages ; à repérer l’éventuelle transmission non seulement de savoir-faire mais aussi de comportements au cours du temps et de l’espace géographique ; à éclairer une partie des actions humaines aussi bien au quotidien que dans des registres plus abstraits.

Manche du Championnat Européen de Tir aux Armes Préhistoriques

8 – 9 octobre 2016

Le Championnat est né au début des années 1990 des questions suscitées chez certains archéologues par la panoplie des chasseurs préhistoriques. Pointes en os ou en silex, crochets de propulseurs, arcs ou fragments d’arc et de projectiles, ornent les vitrines et intriguent depuis longtemps. Pour vérifier leurs hypothèses, des préhistoriens ont reconstitué ces armes et les ont utilisées pour des expérimentations scientifiques.

Ces acharnés rejoints par d’autres amateurs ont créé un championnat sportif original au cours duquel les différents participants s’affrontent dans des compétitions amicales où la bonne humeur et la convivialité sont les ingrédients primordiaux.

 La rencontre comprend deux épreuves principales : le tir à l’arc et le tir au propulseur. Le matériel utilisé par chaque compétiteur doit être construit avec des matériaux disponibles pendant la préhistoire (donc pas de métaux ni de matériaux synthétiques) et les techniques de fabrication mises en œuvre doivent être compatibles avec le potentiel technologique de la préhistoire.

Le propulseur est une arme de jet attestée en Europe depuis le Solutréen supérieur (+/- 19 000 BP) jusqu’au début du magdalénien supérieur (+/- 12 000 BP). Cette arme était encore utilisée il y a quelques décennies par les aborigènes australiens et les Inuits. Il s’agit d’une planchette ou d’une baguette terminée par un dispositif d’appui sur lequel vient s’appuyer le talon du projectile (la sagaie). Le propulseur agit comme un prolongateur du bras du tireur et permet de lancer les sagaies avec une vitesse et une puissance plus importantes. La sagaie est un projectile formé d’une hampe longue et mince, munie ou non d’empennages et d’une pointe en os, en bois de cervidé ou en silex.

Les plus anciens arcs connus en Europe datent du paléolithique final (+/- 11000 BP) et sont en général d’une seule pièce. Pour nos compétitions ne sont admis que les arcs composés de matériaux naturels (bois, corne, tendons, fibres végétales) en une ou plusieurs pièces. Corde et flèches doivent également être réalisées à partir de matériaux naturels.

 Ces joutes, qui rassemblent plus de huit cents tireurs venus des quatre coins de l’Europe Occidentale, sont pour le public, l’occasion de se rendre compte de l’aspect, des performances et de l’efficacité des premières armes complexes mis au point par nos lointains ancêtres.

Fermer le menu